Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Articles > Repression et oppression > Brescia (Italie) : Arrestation de Juan après des années de cavale (...)

Brescia (Italie) : Arrestation de Juan après des années de cavale [MAJ]

lundi 27 mai 2019

Hier, 22 mai, le compagnon Juan, « oiseau des bois » [en cavale, ndt] depuis quelque temps, a été arrêté. Deux maisons dans la province de Brescia et deux maisons des parents d’un compagnon et d’une compagnonne dans l’arrière-pays de Brescia ont été perquisitionnées.

Hier, 22 mai, le compagnon Juan, « oiseau des bois » [en cavale, ndt] depuis quelque temps, a été arrêté. Deux maisons dans la province de Brescia et deux maisons des parents d’un compagnon et d’une compagnonne dans l’arrière-pays de Brescia ont été perquisitionnées.
On attend la confirmation de l’arrestation pour l’une des personnes interpellée, accusée de complicité personnelle (cp art 378).
Le modalité [d’intervention, ndt] dans les deux premières maisons est le mode habituel des temps récents : cagoule, etc.

Des mises à jour suivront.

Pour écrire à Juan :

Juan Antonio Sorroche Fernandez, c.c. Canton Mombello via Spalto S. Marco 20, 25100 (BS)

Rassemblement en solidarité Samedi 25 mai à 16h30 Prison du Canton de Mombello

Solidarité et soutien à tous les compagnons encore en prison

Liber* tutt*


Aujourd’hui, le compagnon arrêté [en même temps que Juan, ndt] a été transféré à [la prison de] Canton Mombello [à Brescia] et placé à l’isolement comme Juan.
Le compagnon est accusé de la circonstance aggravante de « complicité de soustraction à l’exécution d’une peine ».
L’avocat a pu rencontrer les compagnons et les a trouvés forts et déterminés.
Nous attendons le jugement du juge qui devrait arriver demain et de voir bientôt les compagnons libres.

Liber* tutt* – Liber* tout de suite

Des mises à jours suivront.

[Traduit de Round Robin par Cracher dans la soupe.]


Mises à jour depuis Brescia

Lundi 27 mai, la femme du compagnon incarcéré, parce que accusé de complicité dans la cavale de Juan, a été prise de chez ses parents afin d’effectuer une deuxième perquisition à son domicile ; toutes les habitations ont été reperquisitionnées comme le 22 mai, date de la première perquisition.

Encore une fois, une vingtaine d’agents de la DIGOS, encagoulés, accompagnés par la police scientifique qui cherchaient une veste et un ordinateur qu’ils n’avaient pas trouvé lors de la première perquisition.

Nous soulignons que samedi 25 mai également, ont aussi été perquisitionnés quatre autres maisons, liés à des personnes considérés comme proches du compagnon emprisonné, [par des flics] armes à la mains et encagoulés.

Dans l’attente de son passage devant le tribunal de réexamen*, le compagnon reste en taule, pour éviter les contacts avec les compagnon.ne.s solidaires et puisqu’il a été estimé ne respecterai pas une assignation à résidence.

[Traduit de Round Robin par Cracher dans la soupe.]

* tribunal chargé de vérifier la validité de l’interpellation et qui décide aussi, tout comme le JLD, de mesures de contrôle tel que l’incarcération préventive, l’assignation à résidence, ou l’obligation de pointage.