forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Solidarité internationale > USA : La communication avec les prisonniers est une arme

A propos du 11 juin 2017

USA : La communication avec les prisonniers est une arme

mercredi 24 mai 2017

Il est désormais banal de parler de l’isolement et du silence que les prisons visent à imposer. Toutes les semaines, un autre de nos amis emprisonnés nous annonce que l’on nique son courrier, que les téléphones de son bloc sont « cassés », ou que nos publications sont rejetées sans recours possible.


Pour nous, l’un des éléments les plus intéressants de la journée du 11 juin 2016 a été la prolifération de paroles et d’idées issues des prisonniers anarchistes, et qu’ils ont échangées entre eux. Avec la diffusion d’une solidarité matérielle et internationale, l’importance de parler autour de nous de nos compagnons, contribuer à faciliter une communication de ce type constitue l’une de nos tâches les plus importantes. Si le soutien apporté à Marius Mason et à Eric McDavid (le premier d’entre eux reste emprisonné dans un bloc aux conditions drastiques, alors que le second a été libéré !) a constitué le point de départ de notre projet, c’est grâce à un réseau développé de communications que nous avons étendu la portée de notre projet de solidarité avec les prisonniers anarchistes condamnés à de longues peines dans le monde entier. Cette année, nous avons pour objectif de mettre l’accent sur une communication de ce type.

Continuer à communiquer est une bouée de sauvetage pour celles et ceux qui sont pris au piège de la répression de l’État ou enfermés dans ses oubliettes. Les prisons servent à isoler celles et ceux qui sont enfermés dans ces donjons, à les arracher à la communauté humaine et à briser leur volonté. Recevoir des lettres et des publications, pouvoir être en lien avec des individus au-delà des murs et être en mesure de faire appel à la solidarité des compagnons à l’extérieur est d’une importance vitale pour garder une dignité dans des conditions déshumanisantes. Lorsque Chelsea Manning a fait une tentative de suicide, la communication lui a permis, comme à ses proches, de se mobiliser et d’agir. Pour les prisonniers qui en raison de leurs activités rebelles semblent vivre en étant examinés à la loupe, un flot permanent de lettres démontre à ceux qui les persécutent qu’ils ont des amis à l’extérieur et que toute action contre eux aura des conséquences. Durant toute la grève du 9 septembre dernier dans les prisons américaines, les relations qui se sont construites au fil des années ont permis d’être informés des grèves et des révoltes dans les prisons de tout le pays, ce qui a fait que les soutiens ont pu organiser des actions contre-répressives.

Nous ne devons toutefois pas confondre la communication réelle avec le bavardage distrait de la démocratie libérale. Dans les sociétés totalitaires, l’expression peut être subversive face aux systèmes de pouvoir ; dans les démocraties libérales, elle les renforce. Les manuels d’histoire nous apprennent à dire la vérité au pouvoir, ce qui lui permet de mieux comprendre nos frustrations et de manœuvrer pour nous déstabiliser, que ce soit en régurgitant et en défigurant nos critiques sous la forme d’appels populaires, ou en essayant de nous les revendre à travers d’irritables campagnes marketing. Plus nous informons le pouvoir de ce qui nous enrage, plus il pourra nous manipuler. Les vociférations sur Internet constituent un microcosme de la fonction de soupape de la liberté d’expression dans la neutralisation de l’agitation sociale. On nous encourage à dire ce que l’on veut, tant que nous n’agissons pas en ce sens. La liberté d’expression devient un fétiche. Pour celles et ceux qui n’ont jamais connu un moment de liberté de toute leur vie, la liberté d’expression est prise pour la liberté-même.

Lorsque l’action directe se produit réellement, elle est soit dénoncée comme étant le fait de « personnes extérieures », soit recadrée pour s’adapter à la rhétorique démocratique sur la parole. Après le soulèvement de Ferguson (État du Missouri) contre la police, la citation de Martin Luther King Jr. selon laquelle « l’émeute est le langage des sans-voix » s’est propagée comme un virus pour intégrer ce soulèvement dans le cadre de la liberté d’expression, car c’était une façon d’encadrer l’insurrection en l’articulant autour de la liberté d’expression, comme si ce qui avait causé les émeutes avait été le silence imposé aux habitants de Ferguson, ou que leurs actions avaient eu pour seul but de faire entendre leur voix.

Lorsque nous parlons de communication, nous ne faisons pas référence à la « liberté d’information » : l’attention des médias et la connaissance généralisée des ignobles pratiques et des conditions qui ont cours dans les prisons ne mèneront jamais à l’indignation du public. Elles ne créeront pas davantage une vague de honte qui puisse submerger les autorités et les affecter au point de modifier ce qu’elles font. S’il est parfois pertinent d’attirer l’attention sur certains problèmes, nous n’attendons rien des autorités (ou du « public ») et nous savons tous trop bien, dans les démocraties en particulier, que l’opinion publique fait généralement très peu pour avoir un effet sur les politiques ou les pratiques de l’État. Ce que nous disons est différent : que chercher nos compagnons et leur parler est vital pour attaquer le pouvoir et vivre pleinement.

Dans les démocraties libérales, la prison sert à isoler celles et ceux qui ne mordent pas à l’hameçon de l’illusion démocratique. Nous diffusons les histoires de ces anarchistes incarcérés qui ont choisi d’être actifs dans la révolte contre tout régime de pouvoir plutôt que de faire le jeu de la démocratie. En février 2017, Eric King a reçu des sanctions (téléphone retiré, visites et accès à la cafeteria supprimées ; sécurité renforcée ; suppression des réductions de sentence) pour avoir écrit des poèmes et fait des dessins illustrant la violence contre le Bureau des prisons et le gouvernement en général. Au début de l’année 2017, Sean Swain a mené une grève de la faim de cinquante jours exigeant la restauration de ses communications par téléphone et par courrier électronique, lesquelles avaient été interrompues il y a des années en raison de ses prétendues menaces d’action directe à l’extérieur contre les responsables pénitentiaires. En 2014, Bill Dunne a reçu un délai de quinze ans avant sa prochaine possibilité de demande de libération conditionnelle, la commission de conditionnelle ayant cité la « continuité dans son association et son affiliation avec des organisations anarchistes » comme preuves qu’il « continuait à entretenir des vues anti-autoritaires qui ne sont pas compatibles avec le bien-être de la société ». Marius Mason est actuellement détenu dans la prison fédérale lourdement restrictive de Carswell, dans l’État du Texas, qui flique et contrôle ses communications avec le monde extérieur et impose de sévères limites à ses possibilités d’être en lien avec les luttes à l’extérieur. Les compagnons arrêtés en Italie dans le cadre de l’opération Scripta Manent se sont vus restreindre leur courrier, et tout le matériel de la Croce Nera Anarchica (Croix Noire Anarchiste) a été saisi sans limite de durée.

Malgré les meilleures tentatives de l’État pour entraver la parole de nos compagnons, les anarchistes emprisonnés continuent à participer aux luttes à l’intérieur et à l’extérieur des prisons. Les derniers fragments de Sean Swain sur la radio Final Straw, l’art et la poésie de Marius, les tweets incendiaires de Jeremy Hammond et les écrits de prison qui traversent les frontières et les océans démontrent les formes innombrables et diverses que peut prendre la communication dans le ventre de la bête.

Ceci étant posé, nous voulons partager des nouvelles relatives aux luttes menées à l’intérieur par Marius. Cette année a été pleine de nouveaux déchirements puisque le Bureau des prisons a mis en place des moyens pour l’isoler davantage. À partir de l’été dernier, Marius a observé de gros délais dans la réception de ses courriers, avec parfois des semaines sans courriers personnels, et des bulletins du mouvement moins fréquents encore. Il a finalement appris dans une conversation téléphonique avec un amie que le Centre médical fédéral (FMC) de Carswell avait coupé toute communication au sujet de la Grève nationale des prisons et que tous les courriers personnels qui évoquaient la grève avaient été détruits.

En dépit de ces faits, plus flagrants, Marius entre dans sa dixième année d’incarcération ; ses amitiés et ses soutiens à l’extérieur ont été poussés à leurs limites, sans cesse frustrés dans leurs tentatives de faire parvenir les courriers malgré les règlements complexes et mystérieux de la prison de Carswell. A part des quelques amis proches et de la famille directe qu’il lui reste, Marius reçoit très peu de courrier. Le courrier constitue sa bouée de sauvetage vers le monde extérieur. Il a besoin de soutiens pour s’engager à nouveau dans des correspondance et des visites, pour celles et ceux d’entre nous qui l’ont connu avant son arrestation (une exigence du Bureau Fédéral des Prisons). Il est important de préciser que les lettres qui évoquent des actions politiques ne passeront pas l’étroite censure.

À l’extérieur, les nouveaux projets qui visent à briser les barrières imposées par la prison fleurissent. Partout aux États-Unis, des compagnons se sont lancés dans la publication de bulletins d’information sur les prisons, qui donnent des ailes aux idées de nos compagnons emprisonnés, et leur permettent de semer des graines dans le « monde libre » et dans les cellules des prisons. Les sites internet de soutien individuel, de contre-information, les fanzines qui recueillent les écrits des prisonniers, le calendrier Certain Days, le nouveau site Black Bridge et d’autres initiatives permettent à nos compagnons derrière les barreaux de rester en contact avec nous, et nous permettent d’être en lien avec eux, à travers l’expression artistique, les contributions mutuelles à la théorie et aux stratégies pour continuer à lutter.

Ceci s’étend aussi à la sphère de l’action, la solidarité s’enracinant dans l’esprit de la lutte combative et internationaliste contre la prison et son monde. Après l’arrestation de Pola Roupa et de Konstantina Athanasopoulou et la détention de Lambros-Viktoras, le fils de Pola âgé de six ans, des actions diversifiées et combatives ont été organisées, ce qui a permis à la grand-mère de Lambros-Viktoras d’obtenir la garde de son petit-fils. Les actions menées dans le monde entier en solidarité avec la grève des prisons américaines en septembre 2016 offrent une vision claire de la manière dont les paroles et les actes peuvent se mélanger dans le chaudron de la révolte. Nous souhaitons également évoquer la prochaine Rencontre Fight Toxic Prisons dans l’État du Texas, qui établit d’importants liens entre la dévastation écologique et la société carcérale et ancre ces deux thèmes dans la solidarité active avec les camarades emprisonnés.

Cette année, nous nous lançons dans le défi de faire de nos paroles et de nos gestes vis-à-vis des autres des armes, de leur donner du mordant. Trouvons des manières de combattre la censure imposée à celles et ceux qui envoient des messages de l’intérieur, comme à celles et à ceux qui envoient de la force et du soutien de l’extérieur. Ne nous satisfaisons pas du seul fait d’exprimer nos désirs à qui veut les entendre, mais vivons-les vraiment, et développons-les d’un même élan. L’État cherche à écraser nos compagnons en les séparant des communautés de lutte. Nous ne laisserons pas les choses se passer ainsi.

[Traduit de l’anglais de June 11th.]

titre documents joints