forumarticles Section Audio La Fanzinotheque brochures journaux nouscontacter Acceuil
Accueil > Articles > Solidarité internationale > États-Unis : Petit aperçu des feux de révolte en réponse à l’arrivée de Trump (...)

États-Unis : Petit aperçu des feux de révolte en réponse à l’arrivée de Trump au pouvoir

dimanche 13 novembre 2016

Cela fait désormais trois nuits que la révolte embrase les rues de plusieurs villes à travers les Etas-Unis, et notamment sur la côte nord-ouest du pays (Oakland, Portand et Los Angeles). Ces émeutes ont commencé à éclater dès mardi soir lors de l’annonce de l’élection du milliardaire réactionnaire Donald Trump à la tête de l’Etat. Voici un petit compte-rendu à partir de la presse de ce qu’il s’est passé ces dernières nuits.


Dans la nuit de jeudi 10 novembre, plus de 4000 personnes ont pris les rues à Portland (Oregon) et plusieurs d’entre elles se sont affrontées à la police. CNN rapporte que « des anarchistes parmi la foule ont lancé des objets sur les policiers, attaqué des banques et des commerces, détruit des véhicules de police ». Armés de battes de baseball et de bâtons, des émeutiers sont entrés dans une concession automobile Toyota pour exploser les vitres des voitures parquées là. Le média local KATU News rapporte même qu’une conductrice a aspergé les manifestants de lessive, avant de se faire subtiliser ses clefs de voiture, jetées ensuite par-dessus un pont. Du mobilier des transports urbains, ainsi que des armoires électriques de l’éclairage public, ont été défoncés à coups de barre de fer. Vingt-six personnes auraient été arrêtées par les flics cette même nuit.

A Oakland, plus de 1000 personnes ont manifesté à travers la ville jeudi (contre 7000 la nuit précédente, lors de laquelle la chambre du commerce et d’industrie a été incendiée, des véhicules de flics vandalisés, trois agents de police blessés, des commerces et des banques détruites. Il y aurait eu trente arrestations). Les flics ont été attaqués à coups de projectiles divers. Au moins un de leurs véhicules de patrouille a été incendié, tout comme un immeuble de bureaux, qui a également été recouvert de tags (« Fuck Trump », « Kill Trump »). Un concessionnaire Audi a perdu ses vitres et une de ses voitures a été vandalisée. Lors de cette troisième nuit d’émeute consécutive, onze personnes ont été arrêtées, dont une en possession de sept cocktails molotov. Les étudiants de l’université de Berkeley (qui garde sa réputation de concentrer les forces révolutionnaires depuis les années soixante) sont en à l’initiative de nombreuses (manifestations et blocages d’autoroute).

A Los Angeles, l’autoroute (« 110 Freeway ») a été bloquée par les manifestant-e-s et des foyers d’incendie ont été allumés devant la mairie. Un article de CNN fait état de 185 arrestations, dont celles de nombreux mineurs accusés d’avoir violé le couvre-feu imposé. A la Nouvelle Orléans, au milieu de slogans tels que « No Trump, No KKK, No fascists in USA », plusieurs personnes ont foutu le feu à une effigie du nouveau président, ainsi qu’à la porte du « Hall Memorial Museum » des Etats Confédérés, endommageant la porte et l’intérieur du bâtiment. A ‘Lee Circle’, le monument dédié au général Robert E Lee, général en chef des armées confédérées pendant la guerre de sécession, a aussi été repeint quelques tags. A proximité, une agence de la ‘Chase Bank’ a eu ses ses vitres détruites.

De nombreuses manifs, marquées par des blocages d’autoroute, des bagarres avec les supporters de Trump ou l’incendie du drapeau national, ont eu lieu à Chicago, New-York, Seattle, Philadelphie, Washington, Boston, Miami, Las Vegas….


Berkeley : la manif anti-Trump vandalise des banques et le poste de police

Soixante-quinze personnes ont défilé de l’université de Berkeley au centre-ville de Berkeley. Aucune présence de flics à l’exception de deux flics à moto qui étaient de temps en temps à deux ou trois pâtés de maison devant le cortège mais ils n’étaient la plupart du temps pas visibles. La majeure partie du temps, la marche a été menée par des jeunes très enthousiastes. Des banques et le commissariat de police de Berkeley ont été tagués. A deux occasions distinctes, des automobilistes ont été empoignés par des personnes de la foule quand ils sont devenus agressifs. Deux heures de manif, pratiquement aucune présence policière tout le long et aucune arrestation. Petite manif mais animée.

Une autre marche de deux-cent personnes a eu lieu à proximité d’Oakland, qui s’est réuni sur la ‘Oscar Grant Plaza’, d’où les manifs sont organisées depuis les quatre dernières nuits. La manif a pris les rues du centre-ville et a tenté de pénétrer sur l’autoroute mais a été bloquée par la police.

[Traduit de It’s going down, 13 november 2016]

JPEG - 91.4 ko
Tract anti-poucave distribué mercredi soir à Oakland

[A lire avec photos sur Le Chat Noir Emeutier.]