Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Articles > Immigration et frontières > Emeute et incendie au CRA de Vincennes

Emeute et incendie au CRA de Vincennes

samedi 2 juillet 2016

Cette nuit le centre de rétention de Vincennes, prison spéciale pour les personnes dites sans papiers a en partie brûlé suite à une révolte contre l’expulsion d’un Algérien selon ce que dit Le Parisien.

Dans les centres de rétention et les prisons, on en parle rarement mais quotidiennement il y a des actes de résistance individuels et collectifs. Ce n’est pas la première fois que le centre de rétention de Vincennes est détruit suite à un mouvement de révolte. En 2008 déjà, suite à la mort d’un des leurs laissé mourir sans soin par les flics qui gardent le centre, les retenus (c’est ainsi que l’administration appelle les personnes enfermées dans les centres de rétention) s’étaient révoltés et le centre avait entièrement brûlé. Cette année là, 6 mois de protestation et de lutte s’étaient enchaînés.

[…Auto-promo et oubli d’une des « campagnes » de sabotages les plus conséquentes de l’histoire récente, dans toute la France (et ailleurs), en solidarité avec les inculpés de l’incendie du CRA de Vincennes jusqu’à leur procès, et après…]

Quand l’un des appareils de contrôle et de répression de l’État brûle, que ce soit une prison ou une voiture de police, il faut évidemment des coupables, rien que pour l’exemple. Sans doute, comme en 2008, des retenus vont être désignés et inculpés, risquant de lourdes années de prison. Avec eux comme avec toutes celles et ceux qui subissent le joug du capitalisme et de l’Etat et qui tentent d’y survivre ou de le renverser, il faudra être solidaire.

[Repris de PLI.]

Emeute et incendie… La nuit a été agitée au CRA (centre de rétention administrative) de Vincennes. Ce vendredi, à cinq heures du matin, des détenus - on les appelle des retenus car ils ne sont pas en garde à vue et en cellule, ont mis le feu à des matelas. L’incendie s’est propagé, nécessitant l’intervention d’un important dispositif de police et des pompiers de Paris et l’évacuation des occupants. Le feu a été circonscrit rapidement. Ce vendredi matin, des membres du cabinet du préfet de police se sont rendus sur place, le sujet étant sensible…

Le CRA, installé en lisière du bois de Vincennes, côté Paris, accueille « ou plutôt entasse dans des conditions matérielles précaires », dénonce l’Assouevam (Association De Soutien Aux Etrangers Du Val De Marne), plus d’une centaine de femmes et d’hommes sans papiers, sous la menace d’une expulsion.

C’est la reconduite à la frontière d’« un détenu algérien dans son pays d’origine », détaille une source policière, qui a provoqué l’émeute. « Lorsque les forces de l’ordre ont débarqué à 5 heures du matin pour l’emmener à l’aéroport, ses camarades ont voulu s’opposer à son départ. Ils ont tapé contre les grilles et mis le feu aux matelas des chambres. Certains ont utilisé la table de ping pong comme projectile contre les forces de l’ordre ».

Il n’y pas eu de blessés ni d’évasion. Mais les chambres de deux des bâtiments, 260m2 au total, ont été ravagées par les flammes et sont désormais inutilisables. Des caméras de vidéo surveillance ont été détruites. L’électricité est hors service. Des retenus devraient être transférés. Ce n’est pas la première fois que des incidents de ce type, rebellion et incendie, éclatent au CRA de Vincennes.

leparisien.fr